Tails Dreamer

Pour tous les fans de Tails et de l'univers Sonic !
 
AccueilTDFactsGalerieActuJeux SonicTDRPGChao GardenRechercherS'enregistrerConnexion
AccueilChatboxDiscordGallerie des TDFactsActualitésJeux SonicEncyclopédieTDRPGChao GardenFAQRechercherRejoindreConnexion
Le Deal du moment : -40%
Vélo d’appartement FYTTER – ...
Voir le deal
150 €

 

 4 Insaisissables

Aller en bas 
AuteurMessage
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptySam 4 Sep 2010 - 23:56

4 Insaisissables Sky_bl10

Les personnages de Sonic X et de Kingdom Hearts appartiennent respectivement à SEGA et à Square-Enix/Buena Vista Games.
Salut tout le monde !
Bon, bah voici le résultat d’une histoire qui trotte dans ma tête depuis deux ans maintenant. (voire trois) Alors bien sûr, ça fait du temps mais mieux vaut tard que jamais.
Cette fanfiction est… bizarre. Enfin, vous vous en rendrez bien vite compte. (au début, rien ne prédispose à une fanfiction)
En tout cas, il s’agit bel et bien d’une fanfiction de par la présence quasi-perpétuelle de personnages venus des univers de Sonic X et Kingdom Hearts. Mais là encore, je n’ai pas tout dit…
Les personnages de Sonic X et Kingdom Hearts n'apparaissent pas lors du prologue.
Bonne lecture !

PS : Je tiens à préciser que les personnages de Sonic X et de Kingdom Hearts n'apparaissent qu'à partir du 2nd chapitre.

Thème principal de « 4 Insaisissables » : « New World » de L’Arc-en-Ciel
Ceci est le thème principal de la fanfiction. Je l’écoute toujours avant d’écrire. Elle est parfaitement représentative de la J-Rock que l’on peut écouter lors d’openings d’animes. De plus, les paroles s’accordent à l’histoire. Enfin bref, je n’imagine aucune autre musique pouvant s’accorder avec l’histoire des 4 Insaisissables.




1er prologue

7 Juillet

Cette nuit, les lumières d’Hellfrit, aussi nommée « la cité qui s’élève contre la brume », perçaient l’obscurité pour découvrir ses hauts gratte-ciels aux montagnes environnantes. Le silence absolu : aucune trace de vie ne subsistait à l’extérieur de la ville. Cette dernière n’était entourée que d’une terre désolée, ravagée par l’avidité de l’homme qui ne se préoccupe que de son moi personnel. Aujourd’hui, la brume enlace chaque partie de la ville comme pour rappeler ses erreurs à la hautaine créature.
Situés à quelques lieues plus loin, deux individus se dressaient sur le haut d’une colline. L’un fixait la cité d’un air grave, immobile et silencieux. L’autre, situé derrière lui, demandait d’un ton impatient :
- Maintenant que nous sommes ici, tu pourrais au moins me répondre. Pourquoi sommes-nous revenu ?
L’adolescente s’était adressée au garçon qui lui tournait le dos, continuant d’admirer une ville qui semblait surgir des ténèbres. Un vent violent ébouriffait ses cheveux bruns et il s’éclaircit la gorge avant de répondre :
- Tu sais Sylphie, je ne le sais pas vraiment non plus. C’est comme si j’avais eu une sorte de pressentiment en fait.
La fille aux longs cheveux blonds fronça les sourcils et s’avança aux cotés du garçon. De la poussière se formait sous ses pas et elle pouvait constater qu’il n’y avait plus le moindre brin d’herbe à l’horizon. La terre brulée semblait couvrir toute la zone ; l’endroit était comme mort.
Sylphie se tourna vers son compagnon et dit promptement :
- Rentrons.
- J’aimerais aussi, approuva-t-il, mais il faut que j’aille vérifier quelque chose. Je ne peux pas vraiment te l’expliquer, mais je suis quasiment sûr d’y trouver ce que je cherche.
Il montra la ville de son index et daigna regarder Sylphie pour la première fois en esquissant un sourire.
- Je perçois une présence…

Le son strident du radioréveil fit immerger Well de ses rêves. Grognant un peu, il l’arrêta en songeant avoir passé une bien courte nuit. Il se redressa, se frottant les yeux collés par le sommeil, avant de reprendre ses esprits.
La fatigue laissa très vite place à l’excitation : le premier jour ! Depuis que la famille avait déménagé dans la banlieue d’Hellfrit, Well, 15 ans, avait été contraint de changer d’établissement scolaire et n’avait plus eu cours depuis un certain temps.
Sa nouvelle maison était spacieuse et accordait, comme beaucoup d’autres, une large panoplie de baies vitrées donnant vue sur l’extérieur. La chambre, bien que petite, n’échappait pas à la règle et un paysage de quelques coins de verdure s’offrait à la vue de Well tous les jours. A par le lit, le reste de la pièce n’était composé que d’un bureau, pour les études, et d’un clic-clac.
Après s’être habillé, il descendit l’escalier menant à l’étage inférieur pour rejoindre une vaste salle faisant à la fois cuisine et salon. L’allure des murs, de tons plutôt rouge et blanc, tranchait avec l’obscurité des fenêtres. Sur une table assez design, Well retrouva un post-it laissé par ses parents :
- « Ferme bien la porte, n’oublie pas tes affaires, et surtout, méfie-toi des inconnus. Bisous. » Ouais, ouais…
Après avoir épelé le message, il le jeta à la poubelle sans en être véritablement conscient, et prépara un bol de lait chaud.
Le garçon s’assit ensuite à table. Les reflets des baies vitrées retranscrivaient son image et l’empêchait de voir quoi que ce soit à l’extérieur. Son reflet mettait en évidence ses oreilles en pointe, son museau et, bien sûr, sa queue touffue.
Depuis des millénaires, deux races cohabitaient dans ce monde. Les uns étaient humains, à la peau nue et proches parents du singe, les autres, par contre, ressemblaient davantage à des sortes de renards humanoïdes : les zounés. Seul y différait leur pelage bleuté, facilement reconnaissable.
Well prit son sac en bandoulière puis sortit de la maison. Il se retrouva dans un quartier où s’alignait des pâtés de maisons toutes similaires. Inconsciemment, son regard se porta vers le haut.
Comme chaque habitant des lieux, le zouné pouvait observer le miroitement de son reflet en regardant au-dessus de lui. En effet, un énorme dôme de béton et de vitres supplantait les habitations de sorte que l’atmosphère extérieure ne puisse y pénétrer. Les projecteurs qui y étaient allumés diffusaient une lumière jaune à l’instar de ceux dont étaient équipés les parkings souterrains.
Le garçon suivit l’allée qui traversait le quartier tout en croisant d’autres personnes, afférées à se rendre au travail avec une mine renfrognée. Il pénétra alors dans un vaste tunnel où étaient entreposées des voitures de forme sphérique et montées sur des rails. Well s’assit dans l’une d’elles et une coque en verre, semblable à une bulle, se referma au-dessus de lui tandis que des phares bleus s’allumèrent.
La plupart des voitures ne comprenaient pas de volant mais un ordinateur qui s’occupait lui-même du trajet à suivre. Well y rentra donc la destination d’Hellfrit et la machine commença à avancer doucement. Elle dû traverser de nombreux embranchements et portes blindées avant d’atteindre l’extérieur, où elle atteignit soudain une vitesse de pointe proche de celle d’un train.
L’engin s’aventurait alors dans une brume infinie où le champ de vision était grandement restreint. Le coude adossé à la portière, Well observait le défilement monotone de ce paysage grisâtre et sans âme.
Dans son monde, toutes les régions se ressemblaient de par la présence de cette brume maudite. Une brume qui, en outre de retenir les rayons du soleil, était toxique pour quiconque y respirait l’air trop longtemps. Du coup, tous les habitants furent contraints de vivre entre quatre murs. Des ventilateurs, postés sur les parois, leur fournissaient en air oxygéné en filtrant le poison qui y était contenu. Quant à la nourriture, des serres et des élevages s’entreposaient pour subvenir aux besoins de la population.
En dehors des constructions humaines, la brume régnait en maître. Les animaux avaient fini par s’asphyxier tandis que les plantes finirent par dépérir, dépourvues de la chaleur du soleil. Il ne demeurait plus qu’une atmosphère glaciale, sans aucune originalité, ni beauté.
Well pouvait maintenant voir se dessiner des silhouettes en forme de gratte-ciel à l’horizon, son appréhension grimpa. Des gouttes de pluie apparurent sur la coque de l’engin lorsque ce dernier rejoignit un nouveau tunnel souterrain, le conduisant au centre-ville.
Durant tout le trajet, une certaine tension s’était créée au sein de son esprit. Ce nouvel établissement lui était inconnu et il avait peur d’être rejeté alors qu’il débarquait au beau milieu de l’année scolaire.
Il atteignit le hall d’entrée du collège et, là, il reçut une claque. La salle était comblée d’élèves, très spacieuse et accueillante au possible. Des baies vitrées s’alignaient sur tous les murs, à tel point que l’on n’aurait même plus pu distinguer la moindre cloison. Les lumières au plafond étaient agréables, aussi chaleureuses que le soleil, et cela renforçait l’impression d’être entré dans un espace ouvert. La seule ombre au tableau se retrouvait au fait que l’université se était située en plein centre-ville ; la vision se heurtait donc aux nombreuses façades des bâtiments environnants, tous entourés d’une brume qui serpentait entre eux.
Well avançait parmi les élèves et put aussi remarquer que des canapés avaient été disposés par-ci et là. Les jeunes personnes qui y étaient assises parlaient entre elles tout en relisant leurs cours. Visiblement, on n’avait pas l’air de chômer dans ce collège.
Pourtant, malgré toutes ces belles choses, l’esprit de Well demeurait tiraillé par le nombre quasi infime de zounés présents. L’agglomération d’Hellfrit avait toujours eu une population à majorité humaine, mais il ne s’attendait pas à ce qu’il y en ai si peu ! Néanmoins, il essaya de se rassurer en se disant qu’au moins, dans cette région, il n’y avait que très peu de problèmes de racisme.
Après quelques curieux regards croisés avec d’autres élèves, il arriva enfin au centre du hall d’entrée. Neuf ascenseurs y étaient attroupés, desservant la cinquantaine d’étages du collège. Après un bref moment d’attente, Well rentra dans l’une des cabines avec un groupe d’autres élèves. Ils n’étaient pas nombreux heureusement, mais cela lui suffit pour éprouver une certaine gêne face à des gens qu’il ne connaissait pas. Il descendit rapidement de la cabine, un haut-parleur annonçant le « niveau 4 – Administrations ».
Il se rendit devant le premier bureau libre et se présenta à la réceptionniste :
- … je suis nouveau et on m’a dit de venir aujourd’hui.
- D’accord. Vous pouvez attendre ici avec les derniers inscrits, informa-t-elle en montrant un coin où des personnes étaient assises. Votre professeur principal va venir vous chercher.
Sur ce, la réceptionniste reçut un appel téléphonique et parut se désintéresser totalement de la présence du garçon. Il alla donc s’asseoir. A coté de lui se trouvait un humain aux cheveux châtains qui semblait être de son âge.
- Hé, l’interpella ce dernier en se tournant vers lui, tu es nouveau toi aussi ?
- Oui, confirma Well, gêné. C’est mon premier jour ici. Et toi ?
- Pareil. Ma sœur et moi sommes inscrits depuis hier seulement, on a eu beaucoup de chance !
Well remarqua la présence d’une fille à coté du garçon. Elle semblait passive, s’appuyant sur son coude comme si cela faisait déjà un bon moment qu’elle attendait là.
- Tu crois que nous ferons partie de la même classe ? reprit-il.
- Peut-être, je l’espère, opina Well, se sentant déjà plus à l’aise.
- Ce serait bien…
Le garçon avait affirmé cela de manière décontractée, ce qui rassura grandement le zouné. Tout compte fait, peut-être se faisait-il déjà un ami et la perspective de rencontrer d’autres personnes semblables lui suffit pour calmer son appréhension, très présente jusqu’alors.
Un ascenseur s’arrêta à l’étage pour laisser sortir une femme d’une quarantaine d’années, s’avançant vers eux :
- Ah ! Voilà notre prof’, fit remarquer le garçon.
- Ce n’est pas trop tôt ! renchérit sa sœur qui n’avait point parlé jusqu’à maintenant.
L’enseignante arriva enfin devant eux. Son visage rougi trahissait une certaine fatigue : elle devait sûrement avoir couru pour venir jusque là.
- Veuillez excuser mon retard, j’ai eu quelques empêchements, expliqua-t-elle. Laissez-moi vous guider vers votre nouvelle classe.
Ils la suivirent et grimpèrent jusqu’aux dix derniers étages. Des couloirs donnaient sur plusieurs salles de cours et ils rentrèrent dans l’une d’entre elles où des élèves, déjà présents, discutaient en attendant la venue de leur professeur. Lorsqu’ils la virent entrer, les discussions s’estompèrent et les élèves se levèrent.
- Bonjour, asseyez-vous, prononça-t-elle alors que les adolescents s’exécutèrent.
Les trois nouveaux élèves se présentaient, debout devant la classe, scrutés par une trentaine de regards inquisiteurs. Well remarqua bien vite qu’il était le seul zouné dans cette salle mais, contrairement à tout à l’heure, il s’y était attendu.
- Voici donc les trois nouveaux élèves qui vont finir leur année d’étude dans cette classe, déclara la professeure en les présentant. Voici leur nom : Well Woner, Sylphie Zyrell et Evanet Zyrell. J’espère de votre part le meilleur des accueils possibles car le changement d’établissement est une étape difficile. Je demanderais donc aux deux élèves délégués de leur faciliter la tâche, si l’un d’entre eux se sent perdu bien sûr. Vous pouvez maintenant regagner vos places.
Elle s’était adressée aux nouveaux élèves et chacun trouva sa place parmi les trois disponibles. Well s’assit à coté d’une humaine qui le salua amicalement. Le cours commença et le zouné pouvait maintenant se sentir beaucoup plus soulagé qu’auparavant.

Le cours terminé, les élèves se dépêchaient de ranger leurs affaires pour aller déjeuner. De leur coté, Sylphie et Evanet furent rejoins par un garçon aux allures de matheux et de petite taille. Il semblait vouloir leur montrer les différents étages du collège.
« Ils vont sûrement passer une éternité pour tout visiter ! pensa Well. Il vaut sans doute mieux que je découvre tout par moi-même. »
Mais lorsqu’il franchit la porte de sa classe, une voix s’exprima derrière son dos :
- Où vas-tu comme ça ?
Il se rendit compte que sa voisine du cours précédent l’avait rejoint. Elle avait des cheveux noirs et courts, ses yeux viraient au brun très foncé et elle était caractérisée par une simple jupe avec un gilet mêlant le noir et le blanc.
- Je suis la seconde déléguée de la classe et la prof a dit que je devais m’occuper de toi, l’informa-t-elle. Tu ne vas jamais t’y retrouver si tu pars seul !
- Bon… Bah, si ça te fait plaisir, répondit Well, un peu désorienté.
- Super ! Laisse-moi te montrer…
Elle marcha devant lui et proclama :
- Ici, ce sont des couloirs !
Restant dans une position théâtrale, elle montrait les couloirs en étendant les bras. Le zouné n’eut pas vraiment l’air de bien comprendre.
- Non mais… Je le savais déjà, ça, quand même…
- Ah ? Veux-tu que je te présente les ascenseurs alors ?
- Non, ça va merci. Présente-moi seulement ce que je ne connais pas, d’accord ? Ton nom par exemple. Comment tu t’appelles ?
- Ah, j’avais complètement oublié ! s’exclama la fille. On m’appelle Nemo.
Nemo. Ce nom lui paraissait bizarre pour une fille, mais Well ne voulut pas en savoir davantage ; son ventre commençait déjà à se manifester.
- Ok Nemo, allons à l’ascenseur. J’ai juste envie de manger.
- Pas de problème, assura-t-elle. Le self est au 54ème étage.
Well se rendit bien vite compte que ce 54ème niveau constituait le sommet de la tour de son collège. Là encore, lorsque Nemo et lui sortirent de l’ascenseur, il fut agréablement surpris. Entièrement couverte d’un dôme de verre, la salle paraissait s’élever seule vers le Ciel et permettait d’observer les paysages malgré la brume persistante qui recouvrait les alentours.
- Viens, lui conseilla Nemo en se dirigeant vers une longue file de queue. Si tu restes là, tu ne risques pas de manger de sitôt !
Sans quitter le plafond transparent des yeux, Well la suivit. Après une longue attente, les deux camarades de classe trouvèrent enfin un emplacement pour s’asseoir parmi les quelques centaines d’élèves qui déjeunaient au même moment.
- Pff, brocolis…
- Che ne vois pas che qui te dérange, ch’est très bon, déclara Nemo, la bouche pleine.
- Mouais, pour ceux qui aiment !
Il leva les yeux au ciel. Il parut alors se figer et observait distraitement la structure au-dessus d’eux. L’adolescente, elle, continuait de manger sans se soucier de quoi que ce soit.
- En fait, je pensais plutôt que ça se passerait mal, reprit-il.
- De quoi ?
- Ma première journée ici.
- Tu n’aurais pas dû t’en faire, assura Nemo tout en attaquant son dessert. Les gens sont plutôt du genre « sympa » ici. C’est puisque tu n’as pas vu beaucoup de zounés, c’est ça ?
- Heu… non pas du tout, je t’assure !
Les sourcils soudainement froncés de son interlocutrice lui fit bien vite comprendre qu’elle avait touché droit au but.
- Enfin… peut-être un peu, admit-il. Mais comment l’as-tu su ?
- Il suffisait de voir ton regard anxieux balayer toute la classe pour s’en rendre compte. Les deux autres paraissaient plus calmes.
- Et moi qui pensais ne pas me faire remarquer…
- C’est lou-pé ! se moqua Nemo en faisant de grands gestes ridicules avec ses mains.
- Oui, je crois… répondit Well, plutôt gêné par les regards étranges que lancèrent de nombreux élèves sur sa voisine.
Tandis que sa voisine s’esclaffait, Well surprit involontairement Evanet et Sylphie dans une conversation mouvementée, à une table plus loin. L’intello les avait quitté et ils semblaient se donner la réplique l’un à l’autre. Malheureusement, le zouné ne put rien entendre, leurs voix étant couvertes par le brouhaha ambiant.
- Qu’est-ce que tu regardes ? lui demanda Nemo.
- Vois par toi-même, avisa Well en lui montrant les deux élèves se chamailler. Tu prétendais qu’ils étaient du genre plutôt calme tout à l’heure.
- Je disais ça par rapport à ce matin, et ce n’est pas bien de montrer les gens du doigt !
- Oui, bien sûr.
Well arrêta d’y prêter attention et décida de changer de sujet :
- Je n’imaginais pas non plus découvrir ici des espaces aussi ouverts sur l’extérieur. On n’a même plus l’impression d’être enfermé !
- Détrompes-toi, disconvint la fille, la brume est toujours présente et on se fait bien vite à l’endroit.
- Peut-être, mais c’est quand même impressionnant, non ?
Là-dessus, le visage de Nemo parut devenir plus sérieux.
- Je ne trouve pas. Quoi que l’on fasse maintenant, dans ce monde, nous serons toujours cloitrés à l’intérieur de bulles, tous occupés à tourner en rond tels des poissons dans leur bocal. Des générations sont passées depuis que nous ne ressentons plus ni la chaleur, ni le froid, ni le vent. Nous nous sommes sclérosés et nous n’auront plus jamais les mêmes libertés que nos ancêtres. Non, ce qui serait VRAIMENT impressionnant, je trouve, c’est que cette fichue brume disparaisse !
On discernait facilement de la rancœur sur son visage. Well resta figé sur sa chaise et mit un temps avant de répondre :
- Je sais déjà tout ça, pas besoin d’en remettre une couche. Mais je pense qu’il vaut mieux voir le bon coté des choses et se dire que ça aurait pu être pire. Tu l’as dit toi-même après tout : la brume ne disparaîtra pas.
Nemo parut se calmer d’un coup. Son expression se transforma rapidement en tristesse.
- Oui, tu as raison… Désolé pour ce que j’ai dit, je ne vais pas très bien ces derniers temps.
Elle tourna la tête et regarda à travers les vitres. Lorsque Well remarqua une larme perler sur sa joue, il essaya de détendre l’atmosphère :
- Bon, on ne va pas faire comme les deux autres non plus ! Veux-tu un autre dessert pour te remonter le moral ?
L’expression de Nemo changea subitement lorsqu’elle remarqua la larme sur sa joue et l’effaça rapidement d’un air gêné. Elle rétorqua bien vite :
- Non mais tu n’as rien de mieux à me proposer ?! On voit bien que tu ne sais pas parler aux filles !
- Je me débrouille comme je peux ! se défendit Well, déstabilisé.
- Tu sais où tu peux te le mettre ton yaourt ?!
- Beuh…
La discussion continua ainsi sur une bien meilleure mesure. Pendant ce temps, au loin, d’autres garçons regardaient le duo d’un air mesquin.

La sonnerie retentit lorsque les élèves se rendirent en classe pour une nouvelle séance de torture intellectuelle. Tout compte fait, Well pouvait s’estimer heureux : la journée allait bientôt se terminer et il semblait déjà s’être fait une nouvelle amie, malgré ses bizarreries telles que la trentaine de marqueurs qui s’entassaient dans sa trousse.
- J’écris tout le temps en fluo car je ne peux pas m’en passer, lui expliqua-t-elle après qu’il lui eut fait part de son étonnement. C’est beau, mais ce n’est pas autant pratique lorsque je dois apprendre des leçons, je n’y vois quasiment rien !
- Et pourquoi tu ne repasserais pas par-dessus avec un crayon ?
- Bah… Puisque j’en ai pas voyons !
- Tu peux bien t’en acheter !
- Peut-être, mais tu vois bien qu’il n’y en a pas dans ma trousse pour l’instant, regarde !
Elle la lui montra tout en faisant tomber quelques marqueurs par-ci et là. Well qui avait acquiescé d’une grimace se répéta en susurrant : « Surtout ne pas comprendre, ne pas comprendre… ».
L’heure de cours se termina rapidement. Well avait tellement bien suivi ce dernier qu’il n’avait pas vu le temps passer. Tandis que l’enseignante rejoignait une autre de ses classes, les élèves quittèrent la salle à leur tour pour se rendre aux labos : dernier cours de la journée.
Mais lorsque Well voulut ranger ses livres, il constata bien vite que son sac n’était plus à ses cotés. Le bruit d’une lourde chose que l’on aurait délibérément lancé dans la poubelle se fit entendre alors. Le zouné se retourna vers ses agresseurs et vit trois garçons : l’un, les mains en l’air, la mine réjouie comme s’il venait de marquer un « 3 points » au basket, les deux autres l’applaudissant.
Well, qui sentait la nervosité lui monter, choisit pourtant de lui parler avec calme. Il n’avait aucune envie de déjà se créer des problèmes dès le premier jour.
- Tu avais vraiment besoin de faire ça ? demanda-t-il d’un ton sérieux.
- Ouais, je trouve ça marrant, pas toi ? répondit le garçon avec un sourire moqueur. Je trouve que ton sac n’a jamais trouvé meilleure place. Après tout, il faut bien réorganiser les choses…
- Qu’est-ce que tu dis ?!
Les deux autres semblaient retenir leur rire tandis que Well s’approchait d’eux. Les élèves encore présents fixaient la scène, immobiles, tels des spectateurs assistant à une pièce de théâtre. Evanet et Sylphie les observaient à travers la porte, leurs affaires sous le bras.
- Oh ! On veut se rebeller ? ironisa l’agresseur.
- Dis-moi quel est ton problème d’abord, somma le zouné.
- Tu es un looser, Woner. Tu aimes trainer avec la Zarbi, n’est-ce pas ? On a vu que tu t’entendais très bien avec elle.
Well se retourna vers Nemo, l’air de ne pas comprendre. Celle-ci fixait le garçon qui la désignait d’un regard haineux.
- Tu ne pourrais pas m’oublier parfois ?! lui cria-t-elle, excédée. C’est à cause de gens comme vous que je n’ai toujours pas trouvé d’amis ici !
- Mais tu as vu ta tronche aussi ?! rétorqua-t-il. Toujours aussi bizarre et lunatique… Tu ne manques d’ailleurs jamais de te faire remarquer dès que l’on parle de TA planète !
- Je suis désolée mais… l’état actuel de la planète est déplorable. J’espère seulement qu’un jour elle puisse guérir…
- C’est surtout l’état de ton cerveau qui est à déplorer ! Tout le monde sait bien que la planète est foutue ! Le temps des faux espoirs est passé !
- Mais peut-être qu’elle peut avoir raison, qui sait ? intervint Well en prenant sa défense.
Le garçon le regarda, surpris. Un sourire apparut sur son visage avant qu’il ne lui décocha un puissant poing dans le ventre. Le zouné s’agenouilla en gémissant, sclérosé par la douleur.
- Toi, quand tu pourras la ramener… soupira son agresseur. Aller on se casse, j’en ai marre de ces deux guignols.
Le groupe des trois garçons sortit de la classe sous les protestations vaines de Nemo. La colère l’aveuglant, elle jeta sa trousse sur l’un d’eux : celle-ci rata bien entendu sa cible et laissa s’éparpiller les marqueurs sur le sol. Les autres élèves leur emboitèrent le pas : le spectacle était terminé. Seuls restaient Well, se relevant avec difficulté, et Nemo, ramassant ces affaires tout en vociférant mille noms d’oiseau.
- Mais qu’est-ce qu’il a, lui, à toujours vouloir s’acharner sur moi ?! continuait-elle. Je ne lui ai jamais rien fait de mal ! Tu parles d’une classe !
Elle rangea sa trousse dans son sac tandis que Well s’approchait d’elle, la main sur le ventre.
- Oh, Well, ça va ? demanda Nemo qui venait juste de le remarquer. Tu n’étais pas obligé de prendre ma défense, tu sais.
- Bah… J’en ai vu d’autres, t’en fais pas, rassura-t-il en grimaçant.
L’adolescente esquissa un sourire à peine distinct avant de sortir de la classe. Elle s’arrêta dans les couloirs, s’interrogeant :
- Quel cours on a déjà ?
- Sciences, soupira Well. Et ce n’est que mon premier jour…
- Les emplois du temps changent constamment dans ce bahut, ce n’est pas ma faute, répondit Nemo en cherchant une excuse. Et puis, tu pourrais au moins te dépêcher : nous sommes à la bourre, je te rappelle !
Sur ces mots, Well acquiesça rapidement et rejoignit sa camarade qui marchait déjà en direction des labos. Ils empruntèrent l’ascenseur le plus proche et se rendirent à une trentaine d’étages plus bas.
Déambulant dans les couloirs, les deux élèves entendirent soudain des voix qui s’éclaircirent à leur approche. Bientôt, elles ne furent proches que de quelques mètres, leur permettant de les entendre aisément :
- Voyons, c’est insensé…
- Tu savais pourtant que je ne pouvais pas rester là sans rien faire…
Well et Nemo s’approchèrent du coin d’un mur, observant la discussion. Ils avaient beau être en retard, rien ne pouvait plus les empêcher d’écouter ; l’envie de curiosité dominait chez l’un comme chez l’autre. Et, de toute façon, les deux individus discutaient sur leur chemin, ce qui les contraignait à s’arrêter s’ils ne voulaient pas que la conversation se termine.
Well se décala du mur discrètement afin d’obtenir une vision d’ensemble de la scène. L’angle qu’occupait une machine à café permettait de rendre le zouné encore plus indécelable, une allée de baies vitrées composait une grande partie du mur opposé, et il reconnut avec stupeur les deux personnes qui débattaient : Evanet et Sylphie.
- Qu’est-ce qu’ils fichent, ceux-là ? murmura Well, intrigué.
A ses cotés, Nemo regardait les deux élèves attentivement. Ils avaient tous deux l’air tendus, l’atmosphère semblait lourde.
- Tu es sûr qu’il n’y a pas d’autres solutions ? demanda Sylphie, inquiète.
- Aucune, affirma Evanet. Je suis désolé, mais c’est le seul moyen dont nous disposons pour la délivrer de ses peines.
Sylphie paraissait déconcertée et réfléchissait activement à une autre alternative. Son acolyte se rapprocha d’elle :
- Sylphie, c’est notre seule chance ! Tu ne vas tout de même pas la laisser tomber ?! Rejoins-nous, s’il-te-plaît.
Interloquée, la jeune fille recula instinctivement. Elle commençait visiblement à paniquer :
- Non… je ne veux pas ! Tu dois bien me connaître après tout ce temps passé ensemble. Je ne peux pas te laisser faire ça ! Tu le sais, n’est-ce pas ?!
Le garçon, surpris de sa réaction, s’énerva :
- Mais pourquoi réagis-tu ainsi ? Tu ne vas quand même pas t’interposer ?! Pas face à moi !
Une larme coula de la joue de Sylphie tandis qu’elle répliquait, d’un air déterminé :
- S’il le faut, je le ferais !
- Tu es folle ! Tu sais très bien qui de nous deux a raison !
- Non, je ne crois pas ! Je suis prête à donner ma vie pour…
Elle s’arrêta, les larmes l’empêchant d’en dire plus. Well et Nemo, toujours cachés, éprouvaient une certaine tristesse à les voir se parler ainsi. Après un moment de silence, Evanet lui parla calmement tout en endossant un ton résolu :
- Sylphie, je n’ai pas envie de me battre, surtout contre toi. Cela ne nous mènerait à rien. Mais si tu as choisi ton camp, saches que j’ai aussi choisi le mien et que plus rien ne pourra plus me retenir dorénavant…
Il recula, face au visage larmoyant de son amie, et lui conseilla à la manière d’un adieu :
- Veille bien sur elle. Moi, je m’occuperais de les détruire…
Il lui tourna le dos et marcha en direction de Well, laissant Sylphie derrière lui. Le zouné n’eut même pas le temps de s’inquiéter de l’approche d’Evanet qu’un phénomène étrange se produisit.
Dans une lumière étincelante, une épée en forme de clé apparut sur la main de Sylphie tandis qu’elle se précipitait vers lui, poussant un cri de rage. Evanet n’eut même pas le temps d’esquiver le coup, que celui-ci le projeta violemment contre les baies vitrées. Ces dernières se brisèrent sous la violence du choc ; le garçon tomba en chute libre. Well et Nemo, qui avaient assisté à toute la scène, étaient paralysés de terreur. Rapidement, l’air empoisonné de la brume commença à envahir la pièce tandis que Sylphie haletait, face à la baie vitrée.
Alors que tout semblait prédire à un assassinat, les deux observateurs furent surpris de voir Evanet réapparaître, en suspend dans les airs, sous une toute autre forme. La colère animait son visage et la prestance de ses ailes, nouvellement apparues sur son dos, le rendait encore plus menaçant. Mais le plus intimidant encore se trouvait au niveau de son bras duquel s’effilait une longue épée hérissée de quatre autres lames.
- Tu me déçois, Sylphie, engagea-t-il. Je te pensais bien trop humble pour attaquer un adversaire de dos !
- Je… je ne peux pas te laisser partir ! lança la fille, qui peinait elle-même à croire ce qu’elle avait osé faire. Malgré sa détermination, quelques spasmes sur son visage trahissaient son manque d’assurance.
- Bien, conclut seulement Evanet. Voyons jusqu’où peut te leurrer ta fidélité !
Il se rua soudainement sur elle qui para l’attaque avec difficulté, à l’aide de sa clé géante. S’en suivit un enchaînement d’offensives extrêmement rapides et violentes de la part des deux combattants.
Durant le duel qui se déroulait sous leurs yeux, Nemo ne put s’empêcher de s’écrier :
- On ne peut pas les laisser se battre entre eux, ils vont finir par se tuer s’ils continuent !
- Tu as peut-être raison, admit Well qui ne détournait pourtant pas son regard de l’horrible spectacle. Mais comment pourrais-tu les arrêter ? Ils n’ont pas l’air dans leur état habituel.
Observant toujours la scène, le zouné faillit ne pas remarquer Nemo qui avait décidé de se précipiter à leur rencontre. Il la saisit juste à temps par le bras et la contraignit à revenir se planquer.
- Mais qu’est-ce qui t’as pris ?! s’exclama-t-il. Tu veux te faire réduire en pièces ou quoi ?!
- Je tentais seulement de trouver une solution ! se défendit Nemo.
- Bon, écoute-moi bien. Primo : pas de solution sans réflexion. Deuxio : la salle est inondée par la brume ; un pas de plus et tu rentrais en son contact. Tu pourrais au moins me remercier de t’avoir…
La lutte qui se disputait se fit de plus en plus violente, l’empêchant de terminer sa phrase. Evanet essaya d’érafler son adversaire sur les cotés mais ce dernier l’esquiva d’une adresse remarquable. Les enchaînements devenaient de plus en plus techniques mais on pouvait constater que ni l’un ni l’autre n’avait encore subi de blessure. Seul le contact des deux épées, s’entrechoquant à chaque parade, raisonnait le long des couloirs.
L’avancée menaçante de la brume ne semblait pas pour autant déstabiliser les deux duellistes tandis que Well et Nemo se couvraient le nez (et le museau) pour mieux respirer. Bientôt, des éclairs éblouirent l’endroit, annonçant un orage proche.
D’un revers parfait, Sylphie arriva enfin par surprendre son adversaire et le repousser contre le mur. Elle chargea sur lui, la clé pointée vers l’avant. Evanet, fermant les yeux, présenta ses cinq lames acérées devant lui d’un geste instinctif de défense.
Puis, plus rien. Sylphie avait arrêté sa charge, le silence s’installa. Un silence lugubre… Il sentit alors que quelque chose avait pénétré son arme et resta les yeux clos, sachant déjà ce qu’il venait de se passer.
La grande clé était tombée par terre. Son porteur ne tarda pas à la rejoindre et s’évanouit à son tour, ses vêtements tachés de sang. Sylphie venait de se blesser mortellement et quitta ce monde sans aucun soupir, sans qu’aucune expression ne s’afficha sur son visage.
Evanet se mit rapidement à pleurer, les yeux toujours fermé. Il n’avait pas pensé devoir arriver jusqu’à là, il n’avait pas voulu que cela se produise… Et pourtant, maintenant que le pire avait été commis, il ne pouvait qu’y croire sans même daigner regarder son œuvre.
Il sentait que Sylphie venait de perdre son âme par sa faute. Plus aucune présence n’émanait de son corps dorénavant et regarder celui-ci, gisant par terre, n’aurait rien arrangé. Evanet ne voulait tout simplement pas la voir ainsi. Il préférait garder des images d’elle vivante, et rien d’autre.
- Sylphie, pourquoi ne m’as-tu pas rejoint ? demanda-t-il comme s’il s’adressait à elle. Nous étions inséparables, nous faisions tout ensemble… Mais, ça, c’était avant. Et pourtant je suis convaincu de ne pas avoir tort ; ma quête ne me semble pas la plus juste mais elle reste nécessaire.
Il ouvrit enfin les yeux, regarda Sylphie et affronta cette vision en la fixant durant plusieurs secondes :
- Maintenant, je prends conscience de ma décision. Il faut que tu me comprennes, c’est un mal pour un bien ! Et puis…
Il entendit des pas qui s’approchaient de lui et ne put continuer sa phrase, surpris. Nemo était sortie de sa cachette et se rendait auprès de Sylphie, le visage blême. Well, qui était resté derrière le pan de mur s’en voulait de ne pas avoir pu la retenir, mais le gaz de la brume l’affaiblissait déjà assez et il ne pouvait donc pas la rejoindre.
Evanet déploya ses ailes et s’envola immédiatement après l’avoir remarqué. Nemo leva le bras comme pour l’inciter à rester mais celui-ci était déjà parti. Il ne restait donc plus que le corps inerte de Sylphie, qu’elle regardait bêtement, debout. Elle ne pouvait quasiment plus parler, la brume commençait à envahir ses poumons et elle sentait la nausée lui monter à la tête.
Puis, bizarrement, le corps de Sylphie devint de plus en plus transparent et disparut entièrement en moins de cinq secondes. Well et Nemo, n’ayant encore jamais vu un phénomène pareil crurent tous deux que c’était sûrement dû à la brume.
Nemo poussa un vif soupir et ses jambes fléchirent. La voyant s’effondrer par terre, Well mit à contribution ses dernières forces pour la rejoindre.
« Si elle reste ici, elle va mourir, pensa-t-il. Il faut absolument que je l’emmène loin de cet endroit. »
La brume commençait à devenir si dense que la salle s’en trouvait toute grisâtre et floue. Malgré le manque de visibilité, le zouné arriva par se frayer un chemin vers son amie. Il arriva par la soulever tout en retenant sa respiration le plus possible et, chancelant un peu à cause des vertiges causés par la brume, rejoignit l’ascenseur qui les emmena à l’étage de l’infirmerie.
Sur son chemin, il pouvait voir des classes vides : l’alerte de l’intrusion de la brume dans le bâtiment avait dû déjà être donnée.
Arrivé devant l’infirmière du collège, Well ne put correctement expliquer ce qu’il venait de se passer ; on l’aurait vite pris pour un fou sinon. Il inventa alors une coïncidence selon laquelle il marchait dans les couloirs et aurait vu Nemo, inconsciente et cernée par la brume. Bien que l’infirmière paraissait dubitative quant à savoir pourquoi cet élève se trouvait dans les couloirs au lieu d’être en cours, Well estimait que c’était déjà mieux que rien.
Un lit fut trouvé et on pria le zouné de sortir. Inquiet, ce dernier ne put s’empêcher de rester une heure de plus en face de l’infirmerie, rechassant ses pensées. Jamais il n’avait connu pareils phénomènes de toute sa vie : voir un élève se transformer en ange surarmé n’avait rien de bien banal. Puis, il pensait à Sylphie et s’interrogeait sur le motif de la dispute : que pouvait-il y avoir de si important pour pousser un frère et une sœur à s’entretuer ? Dans tous les cas, Well n’en revenait toujours pas d’avoir été le témoin d’un meurtre commis sous ses yeux ; ce qui le chamboulait encore plus.
Un homme âgé de grande carrure entra dans l’infirmerie et se mit au chevet de Nemo. Well comprit facilement qu’il s’agissait de son père par le regard triste qu’il apposa sur sa fille. Demandant des informations à l’infirmière, cette dernière ne put que répéter la fausse version que lui avait transmise le zouné.
Des ambulanciers arrivèrent alors et emmenèrent la fille sur un lit à roulettes, le père fermant la marche. Well, qui ne s’attendait pas à un tel déploiement, vit son inquiétude augmenter pour son amie. Passant tout près de lui, le père reconnut le zouné qui avait ramené sa fille mais, au lieu de lui montrer le moindre signe de reconnaissance, il lui adressa un de ces regards froids et sévères qui savent si bien exprimer à la fois le dédain et la haine. Devant cette attitude, Well ne put s’empêcher de réprimer un frisson.

Rentré chez lui fort tard, sa mère essaya en vain de lui soutirer quelconque explication. La porte de sa chambre claqua sous ses protestations et Well s’allongea sur son lit, ne parvenant pas à chasser les images qui s’accumulaient dans son esprit. Se reportant toujours à Nemo, il espérait vivement qu’elle n’eut rien de trop grave. Quant à Sylphie… il ne savait même plus trop de quoi en penser.
Le souvenir de ce qu’avait dit Nemo au sujet de la planète lui vint alors. Ceci eut l’effet d’un anesthésiant sur son esprit, le rendant déjà plus détendu. Lentement, il se redressa et regarda à l’extérieur d’un air songeur.






_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 


Dernière édition par Flo le Mer 10 Aoû 2011 - 23:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyDim 12 Déc 2010 - 22:53

2nd Prologue (1ère partie)

11 Juillet

- Tu n’as pas remarqué ? Dellia n’est pas là cette année.
Yacel était trop absorbé par ses pensées pour l’entendre. Ou peut-être était-ce le brouhaha ambiant ? Dans tous les cas, il continuait de regarder les voitures doubler le bus à travers la vitre.
- Eh, tu m’écoutes ?
- Qu’est-ce que tu veux ? demanda Yacel en réagissant enfin.
- Je disais que je n’aperçois pas Dellia dans le bus.
Assis tout à l’arrière, complètement vautré contre la vitre, Yacel se redressa histoire d’y voir plus clair. Assis à coté de lui, Cyl le regardait derrière ses grosses lunettes d’intello, tenant un livre épais entre ses mains.
- Je n’y vois rien d’ici, soupira Yacel en s’affalant de nouveau. Dis-moi s’il y a des gens qu’on connaît.
- Bah, tout d’abord, il y a Xad et Dany.
Un peu plus en avant, deux garçons jouaient aux osselets pour passer le temps. Xad était le plus jeune mais aussi le plus réactif : c’est lui qui semblait gagner toutes les parties. Dany, lui, était de peau noire et portait autour du cou une petite planche de surf, symbole de son sport fétiche.
- Les casse-cous donc, résuma Yacel tandis qu’un des osselets traversa toute une rangée d’adolescents. On verra si on aura l’occasion de faire du surf avec eux.
- Je vois Drif aussi, avertit Cyl. Dellia a toujours eu l’habitude de s’asseoir à coté d’elle mais elle est seule cette fois-ci.
Il était impossible de rater Drif du regard, dont l’énorme casque audio dépassait du dossier de son siège. Fan-accro de rock, elle préférait largement occuper ses voyages à écouter de la musique plutôt qu’à parler d’on ne sait quelle nouvelle idole de la pop.
- Et puis, comme d’habitude, il y a Bendane…
- Rah nan, pas lui…
- …assis à coté du mono, informa Cyl en continuant.
Tout à l’avant du bus, un adolescent du même âge qu’eux discutait tranquillement avec un homme d’une vingtaine d’années.
- C’est Sepal, le même moniteur que l’année dernière, continuait Cyl. Tout le monde l’appelait « le militaire », tu te rappelles ? Mais en fait, on m’a dit qu’il voudrait juste devenir gendarme.
- Bof, c’est la même chose, soupira Yacel. Et d’où sais-tu tout cela ?
Cyl releva ses lunettes de son index et prononça, d’un ton plus ridicule que mystérieux :
- J’ai mes sources…
- C’est ça… dis plutôt que tu as sympathisé avec Bendane derrière mon dos.
- C’est même pas vrai ! contesta l’intello, essayant en vain de contenir un rictus nerveux.
- Mouais… j’y vois déjà plus clair. En tout cas, si tu pouvais arrêter parfois de me prendre pour une and… ouch !
Un nouvel osselet perdu coupa court à la conversation, Yacel l’ayant reçu en pleine poire. Les deux mains sur son nez, il bredouillait des mots incompréhensibles qui ressemblaient à « Mesh quelle pande d’afrutis ! ».
- Désolé, s’excusa Dany, tu ne l’aurais sûrement jamais reçu si Xad avait été plus doué.
- Plus doué ?! s’exclama son voisin. Tu ne fais que les lancer n’importe où depuis tout à l’heure !
- Haha ! Et blagueur en plus ! ironisa-t-il.
Sepal, le moniteur, se leva et empoigna le micro pour se faire entendre de tous. Vu aux premiers abords, il était brun aux cheveux courts et portait une veste rappelant la tenue de camouflage des militaires ; d’où son surnom. Pourtant, sa ceinture laissait percevoir un étui dans lequel pouvait être rangé un pistolet. Quant à savoir si c’était pour faire genre ou si l’arme s’y trouvait bel et bien, nul ne le savait.
- Nous quittons l’autoroute et allons bientôt arriver au centre de loisir, adressa-t-il au groupe. Préparez-vous et vérifiez de ne rien avoir oublié d’important lorsque vous sortirez du…
Soudain, une lumière sortie de nulle part, d’abord douce puis éblouissante, leur fit perdre l’usage de la vue durant plusieurs secondes. Peu d’exclamations se firent entendre mais cela suffit pour que le moniteur ne puisse continuer.
L’étrange phénomène se dissipa et leur vision redevint plus nette. Devant lui, deux rangées d’adolescents lui faisaient face, les visages emplis d’interrogations.
- Et… et surtout réglez le flash de vos appareils photo, merci.
Un brouhaha d’exclamations se fit entendre alors que Sepal se rasseyait. On pouvait percevoir des « T’as vu le blanc ?! » comme autant de « Mais c’est qui ce barge ?! ».
- T’as vu ça ?! s’écria Cyl à son tour. On n’y voyait plus rien !
- Ouais, dit simplement Yacel. Je me demande d’où ça s’est produit.
- Ne me demande pas, j’en sais vraiment rien.
Les discussions continuaient tandis qu’apparaissaient au loin tout un tas d’installations sportives ; l’arrivée paraissait imminente.
- En tout cas, on dirait qu’une grande majorité du bus ne l’a pas remarqué, avisa Cyl.
- Que veux-tu dire ?
- Ben, tout d’abord, le chauffeur ne s’est pas arrêté malgré l’absence de vision. Et puis, les autres ont l’air bien plus préoccupés par le blanc du mono que par un quelconque flash. A mon avis, ils ne l’ont sûrement même pas aperçu.
- Quoi ?! Alors comment se fait-il que nous l’ayons vu, nous ? s’interrogea Yacel.
- Mais je n’en sais strictement rien, moi ! répondit vivement Cyl. Je pense juste que seulement nous, y compris le mono, avons dû le remarquer.

Le bus s’arrêta enfin devant un bâtiment dont les fenêtres étaient toutes équipées de rideaux. Lorsque Yacel sortit du véhicule, la vision du dortoir et le bruit des vagues au loin, annonçant la proximité de l’océan, l’accueillirent agréablement. Il aimait cet instant plus que tout : les vacances promettaient d’être géniales.
Ce fut ensuite le moment de décharger les affaires. Les valises passèrent de mains en mains pour rejoindre le hall d’entrée. Xad aida Dany à transporter sa planche de surf tandis que Drif dégageait sa guitare acoustique d’entre les mallettes. Bientôt, le bus fut vidé de tout son contenu et les adolescents procédèrent alors au transfert de leurs affaires vers leurs chambres respectives.
- Il se fait déjà tard, avertit Sepal. Pour célébrer votre arrivée, un barbecue a été organisé sur notre plage privée. Rendez-vous donc à dix-neuf heures pétantes !
Cette annonce eut l’effet d’un électrochoc sur le processus de rangement des valises qui trouvèrent leur place plus rapidement que prévu. En moins d’un quart d’heure, il ne restait déjà nulle trace des affaires précédemment entassées.
Yacel, accompagné de Cyl, se dirigeait déjà vers la plage lorsqu’il aperçu une voiture bleue se garer tout près. En sorti une jeune fille blonde ainsi qu’un des autres moniteurs de la colo. La reconnaissant, Yacel ne put s’empêcher de la rejoindre tandis qu’elle déchargeait ses affaires du coffre :
- Content de te revoir, Dellia.
La fille posa une de ses grosses valises sur le sol avant de jeter un regard vers Yacel et Cyl. Un sourire franc s’afficha sur sa figure :
- Moi aussi, affirma-t-elle. Vous ne m’attendiez-plus ?
- En effet ! devança Cyl tandis que Yacel restait la bouche ouverte, n’ayant eu le temps de rien dire. Personne d’autre que toi n’est arrivé en voiture !
- J’ai pris le train cette fois-ci, expliqua-t-elle. Le moniteur est venu me chercher à la gare.
- Ah d’accord, comprit Yacel, secondé par Cyl. Mais tu aimais prendre le bus avec nous avant ; pourquoi avoir choisi le train ?
Là-dessus, le visage de Dellia s’assombrit sous le coup de la réflexion. Après quelques secondes, elle répliqua juste :
- Je préférais.
Un silence gêné s’installa. Les garçons furent tiraillés entre l’envie d’en savoir plus et le devoir de ne pas s’en mêler davantage.
- Bon ! fit Dellia expressément. Je vais ranger mes affaires maintenant. On se revoit tout à l’heure !
La laissant rejoindre le bâtiment des dortoirs, les valises à la main, Yacel et Cyl continuèrent leur chemin sans toutefois réussir à mettre un fin-mot sur ce qu’il venait d’être dit :
- Ca ne lui ressemble pas de créer des mystères, raisonna Yacel, elle qui est toujours aussi franche d’habitude…
- Bah, elle a sûrement ses raisons, rassura Cyl.

Le bitume laissa place au sable et l’horizon infini de l’océan apparut enfin. Bien d’autres adolescents s’étaient regroupés sur la plage et ne se distançaient jamais des barbecues qui dégageaient une agréable odeur de brochettes grillées. Il ne semblait pas exister de cadre plus idyllique pour commencer ses vacances !
Se servant auprès des moniteurs, les deux garçons rejoignirent leurs vieilles connaissances, une brochette chacun à la main. Ils s’étaient tous attroupés en retrait, assis en cercle, et s’enthousiasmaient de leurs retrouvailles :
- C’est bon, il ne manquait plus qu’eux, déclara Dany tandis qu’ils s’asseyaient. Comment ça va les gars ?
- Ca va, répondirent Yacel et Cyl en cœur.
- Prêts pour de nouvelles vacances ? Celles-ci risquent d’être encore meilleures que les précédentes. Les vagues atteignent des sommets cette fois !
- Mais ce n’est pas pour ça que l’on va se débiner ! assura Xad. Vous serez aussi de la fête ?
- On va voir ça, dit Yacel d’un air de défi. Préparez-vous bien.
Cyl, visiblement moins enthousiaste, déclinait maladroitement de la tête tandis que les trois autres rêvaient de figures spectaculaires. Pendant ce temps, Drif s’était mise à jouer quelques accords de guitare, tandis que Bendane les regardait sans mot dire, ayant plus l’impression de s’ennuyer ferme.
A la surprise de tous, sauf de Yacel et de Cyl, Dellia apparut et fut accueillie chaleureusement. Comme à son habitude, elle prit soin de s’asseoir à coté de Drif.
- On ne t’attendait plus, lui avoua Dany. Pourquoi es-tu arrivée si tard ?
Dellia leur raconta par quel moyen elle était parvenue jusqu’ici. Après cela, elle changea immédiatement de sujet, sûrement pour éviter quelconque autre allusion.
- Et vous, qu’êtes-vous devenus ? leur demanda-t-elle.
Pour la plupart, ils avaient tous logiquement préféré continuer leurs études. Ils racontèrent aussi leur vécu de l’année précédente, ponctué parfois d’éclats de rire.
- Pour l’instant, je pense m’orienter vers le droit, ajouta sobrement Bendane en terminant son discours.
- Et toi Yacel ? lui demanda Dellia tandis que tous les regards se tournaient vers lui.
- Je suis devenu apprenti, dit-il simplement. J’apprends la mécanique auto.
- Ah oui, c’est vrai que tu aimais bien les voitures, se souvint Dany.
- J’aime toujours !
Pendant ce temps, Bendane s’était levé sans dire mot et avait rejoins Sepal avec lequel il s’était mis à discuter. Son retrait avait jeté un froid sur tout le groupe qui ressentit bientôt un certain malaise.
Néanmoins, cela ne les empêchèrent pas de continuer leur discussion encore un moment avant que ne sonne l’heure du couvre-feu. Tout le monde se dirigea volontiers au dortoir, fatigués par les heures de route. Yacel partageait sa chambre avec Cyl et, après avoir souhaité la bonne nuit aux autres, ils s’endormirent très rapidement.

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 


Dernière édition par Flo le Mer 10 Aoû 2011 - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
tails-fan77
Tailsounet c'est le meilleur !
Tailsounet c'est le meilleur !
tails-fan77

Féminin Messages : 424
Age : 24
Localisation : Sur une île déserte avec des loutres
Humeur : Calme

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptySam 26 Fév 2011 - 18:50

C'est long affraid Je crois que je vais prendre un moment que je m'ennuiyerais un de ces jours pour tout lire Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://minoburn.deviantart.com/
Tidus
Star du Blitz
Star du Blitz
Tidus

Masculin Messages : 624
Age : 28

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyVen 10 Juin 2011 - 7:29

Tiens ya du nouveau Statique il faut que je m'y mette Bye ! .
Revenir en haut Aller en bas
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMer 22 Juin 2011 - 18:09

Note de l'auteur : Ayant pris connaissance de vos remarques, je pense que je vais dorénavant raccourcir la masse de trucs à lire dans mes messages. Je vais aussi incorporer un petit résumé pour ceux qui dorment dans le fond.
J'avoue que je n'ai pas une très belle écriture, certains passages sont à revoir au niveau de la mise en scène. Je tâcherais de m'améliorer du mieux possible pour la suite. o.o

2nd Prologue (2nde partie)

Yacel le mécano et Cyl l'intello sont arrivés dans leur colonie de vacances, située non loin d'une station balnéaire. Habitués des lieux, ils ont pu revoir de vieilles connaissances : Dany et Xad, un brin casse-cous, Bendane, ami de Sepal, un modo au look militaire, et Drif, la passionnée de musique. Durant leur voyage en bus, une étrange lumière n'éblouit qu'un certain nombre de personnes dans le bus, restant indétectable pour les autres. Sur le chemin qui les menèrent à la plage, ils croisèrent Dellia, tout juste arrivée de la gare. Yacel se demanda pourquoi elle n'était pas dans le bus avec eux comme l'année dernière...

12 Juillet

- Les autres sont déjà partis à la plage, on est les derniers ! Aller Cyl, debout !
Entrouvrant un œil, Cyl eut du mal à émerger de son sommeil et se retourna dans son lit en grommelant.
- Hé ! Ce n’est pas une blague, il est presque midi !
Là-dessus, Cyl fut bien plus consentant et se redressa tout en se frottant les yeux. Il regarda son radioréveil, histoire d’être sûr, puis seulement après se leva précipitamment.
- Tu n’aurais pas pu me réveiller plus tôt ?! scanda-t-il.
- Eh ! C’est que je dormais aussi, il n’y a même pas cinq minutes ! s’expliqua Yacel.
Tout habillé en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Cyl s’apprêtait à prendre ses lunettes quand il remarqua que celles-ci étaient posées sur un vieux livre. Celui-ci ne lui appartenait pas et était apparu sur sa table de chevet sans aucune explication. A coté de ce dernier, une plume d’oie avait été apposée, sûrement pour servir à tremper l’encre.
- Il est à toi ce bouquin ? demanda Yacel qui le remarqua au même instant.
- Non, répondit simplement Cyl, béat. Je me demande bien d’où il pourrait venir.
- Quelqu’un est sûrement entré dans notre chambre pour nous le déposer…
- Sérieux ? T’en es sûr ? demande Cyl, l’air non rassuré.
- Que veux-tu que ça soit d’autre ?!
Cyl prit le livre entre ses mains et l’observa attentivement. La couverture de couleur verte semblait avoir traversé les âges tellement elle était rugueuse au toucher. Lorsqu’il l’ouvrit, s’attendant à mettre la main sur un puits de connaissances, il fut grandement surpris de n’y trouver que des pages vierges.
- Il n’y a rien d’inscrit, informa-t-il à Yacel en lui montrant les pages.
- Bah ! Cela montre bien qu’il ne faut pas y prêter trop d’importance. Quelqu’un ici a sûrement dû remarquer que tu aimais les livres et a voulu se débarrasser de ce vieux grimoire en te le laissant.
Pendant ce temps, Cyl s’était déjà intéressé à la plume d’oie. Il l’approcha des pages pour tester son adhérence au papier. A sa grande surprise, de l’encre apparut de nul part sur la page, au simple contact de la plume pourtant sèche.
- Incroyable ! Viens voir !
Yacel s’approcha pour observer son ami former des mots sans même avoir besoin d’encre. Chose encore plus étrange ; chacun de ces mots s’effaçait quelques secondes seulement après leur écriture, les uns après les autres. Cyl s’arrêta de griffonner et regarda son ami, les yeux grand écarquillés :
- C’est flippant, hein ? fit-il d’un sourire qui se transforma vite en grimace.
- Ouais, admit Yacel. Tu devrais le laisser ici et le planquer pendant qu’on sera à la plage. Les autres vont finir par se
demander ce qu’on fait si on ne se grouille pas de les rejoindre !
- Affirmatif ! opina Cyl tout en rangeant le grimoire au fond du tiroir de sa table de chevet.

Ils arrivèrent enfin sur la plage quelques instants plus tard. Remarquant Drif et Dellia assises au même emplacement que la veille, ils décidèrent de les rejoindre.
- Alors les flemmards, on arrive en retard ? railla Dellia à leur approche.
- Une grasse mat’ n’a jamais fait de mal à personne, répondit Yacel. Il n’y a pas de quoi se presser.
- C’est sûr, approuva-t-elle. Mais il y a deux autres qui ont pris de l’avance sur vous on dirait !
Pointant du doigt l’océan, elle montra aux deux garçons Dany et Xad, debout sur leurs planches de surf, partis à l’assaut des vagues.
- Ils étaient déjà là lorsque nous sommes arrivées, expliqua Dellia. Ce sont vraiment des mordus !
- J’avoue, admit Yacel.
Un gargouillement de son ventre se fit si fort entendre qu’il réussit à camoufler momentanément le son de la guitare de Drif.
- Désolé, on n’a pas pris de petit-déjeuner avant de venir, s’excusa-t-il.
- C’est ce qui arrive quand on se lève trop tard ! avisa Dellia sur le ton de la plaisanterie.
Tandis que les deux autres se chamaillaient, Cyl observait la plage dans son ensemble. Bendane discutait toujours avec Sepal qui, lui, surveillait les baigneurs. Soudain, quelque chose eut l’air d’affoler ce dernier et Cyl se rendit compte que la marée se retirait de plus en plus loin des terres.
- Ca sent pas bon ! s’écria-t-il en se levant d’un bond. Allons-nous-en !
Mais la déferlante qui suivit fut effroyablement rapide et, sans même que certains ne purent remarquer l’étrange comportement de l’océan, un mini-tsunami s’abattit sur la plage.
Tous les adolescents présents essayèrent d’échapper en vain au raz-de-marée. Il y eut des cris et la situation était telle qu’on aurait pu aisément se croire au beau milieu d’un film catastrophe. Yacel, Cyl, Dellia et Drif réussirent par réchapper aux vagues ; ils se trouvaient déjà assez éloignés de l’océan. Mais lorsqu’ils se retournaient durant leur course, voir leurs camarades se faire happer par cette force dévastatrice les envahirent de frayeur.
Réfugiés en lieu sûr, ils attendirent que l’océan se calme avant de revenir sur la plage. De nombreuses personnes, tout juste chamboulées, arrivèrent par quitter les lieux sans de trop grandes blessures. D’autres restèrent allongées sur le sable, visiblement plus touchées. Le groupe des quatre amis décida donc de se séparer pour venir en aide aux blessés en attendant des secours.

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Tidus
Star du Blitz
Star du Blitz
Tidus

Masculin Messages : 624
Age : 28

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyLun 27 Juin 2011 - 11:01

Whouah, pas mal ce (bout de) chapitre, même très bien.
C'est beaucoup plus agréable à lire qu'un pavé^^.
Sinon, pour le coup du mini-tsunami, il est arrivé vite Shocked, Cyl a du réagir au quart de tour x), c'est un rapide le gars.
Revenir en haut Aller en bas
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyLun 27 Juin 2011 - 12:56

Stray Paolo a écrit:
Sinon, pour le coup du mini-tsunami, il est arrivé vite Shocked, Cyl a du réagir au quart de tour x), c'est un rapide le gars.

Je crois que je joue trop à Sonic ! XD
J'imagine qu'ils n'étaient pas si proches des vagues que ça, ils ont eu de la chance. De plus, il y a toujours ce recul de la mer qui annonce le tsunami, ce qui laisse le temps de s'en rendre compte avant le cataclysme.

Mes chapitres sont toujours longs. ^^"

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMer 29 Juin 2011 - 18:19

Cyl et Yacel se sont réveillés à la bourre. Tandis qu'ils se préparent, Cyl remarque un grimoire sur sa table de chevet. Ce dernier a l'air d'effacer toute trace d'écriture sur ses pages automatiquement. Le laissant dans la chambre, les deux garçons rejoignirent Dellia et Drif à la plage. C'est alors qu'un mini-tsunami a lieu, en emportant la plupart des personnes présentes. Heureusement, le groupe a réussi à éviter la catastrophe de justesse, mais Dany et Xad surfaient au même moment...

2nd Prologue (3)


- Pff, il fallait forcément qu’un truc de ce genre se passe aujourd’hui…
Le groupe s’était rendu, comme toute la majorité, dans le hall d’entrée des dortoirs et Yacel n’en finissait pas de se faire du mourrons. L’infirmerie se remplissait au fur et à mesure de blessés et chacun guettait la venue de Dany et de Xad qui, eux, surfaient au moment des faits.
- J’espère qu’il ne leur est rien arrivé, souhaita Dellia.
- Les voilà justement ! leur montra Cyl.
Dany rentra dans le hall, portant son ami Xad par le bras. Ce dernier avait l’air sonné, inconscient, et des blessures profondes étaient apparues sur ses jambes.
- Oh, Xad… murmura tristement Dellia.
- Il a perdu l’équilibre pendant le raz-de-marée, expliqua Dany tandis qu’il se dirigeait vers l’infirmerie. Je vous transmettrais des nouvelles de son état.
- Et toi ? Tu n’as rien ?
- J’ai réussi à rester debout sur ma planche. Mes talents de surfeur m’étonneront moi-même… Mais c’est de Xad dont il faut s’occuper maintenant !
Il disparut du couloir, laissant les autres dans l’attente.
- C’est vraiment pas de chance pour Xad, se désola Yacel. C’est moche d’être à l’infirmerie dès le premier jour…
- Et ce n’est certainement pas le seul, reprit une voix.
Accoutumé à fixer le sol, le garçon releva la tête pour regarder Sepal qui les avait rejoins. Bien qu’il fût surpris de le voir leur parler à eux, il n’haussa même pas un sourcil et l’écouta :
- Vous allez bien, vous ? leur demanda-t-il.
Chacun hochèrent la tête d’un signe affirmatif.
- Très bien. L’infirmerie est bondée : les personnes qui se trouvaient auprès des vagues ont occasionné des blessures plus ou moins graves… Toutes sans exception.
Les quatre adolescents se regardaient d’un air perplexe sous ces mots.
- J’ai vu Dany, continua le moniteur en devinant leur pensée, il a été incroyable. Je n’avais encore jamais vu quelqu’un résister à une telle vague. Mais il faut bien avouer que c’est le seul à s’en être tiré indemne.
- S’était-il déjà passé un tel phénomène sur cette plage auparavant ? questionna Cyl.
- A ma connaissance, jamais, déclara Sepal. La zone est réputée pour être calme à cette saison. Par mesure de précaution, l’accès à la plage a été fermé par la préfecture. Nous préparons une randonnée pour l’après-midi en remplacement.
Dany venait tout juste de sortir de l’infirmerie quant Sepal interrompit son discours pour le rejoindre. Ils s’éloignèrent tout en causant de l’incroyable performance de ce matin : le moniteur semblait avide d’en savoir plus.
- Et Xad dans tout ça ? s’interrogea Dellia, les regardant toujours d’éloigner.
- Je pense qu’il s’en remettra, assura Yacel. Il a sûrement besoin de repos. J’espère juste que son séjour à l’infirmerie ne sera pas long.

Après le déjeuner (où ils avaient pu y remarquer un grand nombre d’absents), Yacel et Cyl se retrouvèrent dans leur chambrée. Tous deux préparaient leur sac en vue de la randonnée qui s’annonçait quand Cyl décida d’ouvrir le tiroir de sa table de chevet :
- Le livre ! Il n’est plus là !
- Ah ? Il s’est peut-être enfui ?
- Attend… Ce ne serait pas toi qui me l’aurais pris par hasard ? lui demanda Cyl, soudain méfiant.
- Je ne sais pas lire…
- T’es pas drôle ! Ce livre n’avait pas l’air d’être comme les autres.
- Attend plutôt ce soir, lui conseilla-t-il. Il va peut-être réapparaître, qui sait ?
- Bof, ça m’étonnerait…
Terminant de ranger leurs affaires, les deux garçons s’en allèrent. Au passage, Cyl n’oublia pas de se retourner un bref instant, au cas où le grimoire réapparaîtrait sous ses yeux rien que pour le narguer.

A suivre...

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMer 6 Juil 2011 - 12:17

2nd Prologue (4)

Le groupe constate les dégâts engendrés par la vague grâce au nombre de blessés à l'infirmerie. Dany ramène son ami Xad pour le faire soigner. Pourtant, Dany était sur une planche au moment des faits et en est ressorti sans aucune égratignure ! Face aux évènements, Sepal organise une randonnée pour l'après-midi, loin de la mer cette fois. Lorsqu'ils préparent leurs affaires, Cyl constate que le grimoire de ce matin a disparu.

- Suivez, derrière ! Vous ralentissez tout le groupe !
Sepal commençait à s’énerver de voir toujours les mêmes tirer au flanc : tout comme Yacel et Cyl. Le moniteur se trouvait à la tête de la randonnée et les adolescents se mouvaient dans un milieu grouillant d’arbres et d’autres végétations. Le soleil, bien qu’entêté, ne pouvait faire parvenir tous ses rayons à travers le feuillage massif de la forêt.
- Ca va, on a encore le droit de regarder le paysage ! objecta Yacel en faisant sourire tout le monde. C’est aussi à ça que ça sert une randonnée, non ?
- Oui, admit Sepal, mais pas au point d’y passer des heures !
- Et puis je commence à avoir des points de coté, se lamenta Cyl à son tour, croulant sous le poids de son sac (qui n’était pourtant pas lourd !). Quand est-ce qu’on s’arrête ?
- Tout à l’heure, tout à l’heure ! dit précipitamment le mono.
Tandis qu’ils suivaient le groupe tant bien que mal, ils aperçurent Dany qui s’était arrêté sur le coté. Il ne semblait pourtant pas avoir voulu les attendre car son regard était porté au loin. L’ayant dépassé depuis un moment déjà, Yacel se retourna :
- C’est pas le moment de rêvasser, Dany ! Sepal va finir par te remarquer si tu restes ici…
- Tu vois ce que je vois ? lui adressa-t-il en montrant du doigt une grande étendue d’arbres à droite du chemin.
Les deux garçons se rapprochèrent pour mieux y distinguer la chose. Bien qu’il essayait d’y remarquer quoi que ce soit, Yacel ne vit rien de bien extraordinaire.
- A part des arbres, je ne vois rien, avisa-t-il.
- Ah si ! Il y a une lueur au bout ! s’exclama Cyl.
- Une lueur ? En plein jour ?! s’interloqua son ami.
- Mais oui, là ! Penche-toi un peu !
Yacel s’exécuta. Après avoir pourtant bien scruté les environs, il se redressa avec une expression perplexe sur le visage.
- Je ne vois toujours rien, c’est quoi votre truc ?
- Bah en fait… je ne sais pas très bien justement, avoua Cyl.
- C’est une sorte de lumière très douce qui s’intensifie avant de s’estomper lentement, expliqua Dany. Seulement, comme elle est assez loin, je ne sais vraiment pas d’où est-ce qu’elle pourrait provenir. Donc…
- Donc ? répéta Yacel, intrigué.
- Donc on s’approche pour voir de plus près, termina-t-il. Avec un peu de chance, ça doit être à deux pas.
- Penses-tu que c’est raisonnable ? intervint Cyl. En constatant notre absence, les autres vont sûrement se mettre à notre recherche et je n’ai pas envie de me faire taper sur les doigts lorsqu’ils nous retrouverons !
- Et alors ? Je suis sûr que toi aussi tu meurs d’envie de savoir ce que c’est !
- Oui, mais les autres…
- Donc on y va fissa ! Il n’y a quasiment aucun risque et puis, si ça se trouve, on va avoir des remords toute la journée si on ne s’y rend pas !
Dany passa devant avant que Cyl, devenu tout groggy, ne se décide à lui emboiter le pas. A seulement quelques mètres, il se retourna et vit Yacel immobile, les bras croisés.
- Tu ne viens pas avec nous ? lui demanda Cyl.
- J’aimerais bien, si au moins je comprenais votre délire, répondit-il. Je ne la vois pas, votre « lumière », et si on continue plus loin, on va sûrement tomber sur un vieux lampadaire défectueux, tout au plus.
- S’il-te-plaît, insista Cyl, je ne veux pas m’y rendre seulement avec Dany. Et le groupe est déjà loin maintenant.
- D’accord c’est bon, je viens, accepta le garçon après avoir constaté la disparition du groupe. Mais t’as intérêt à ce que ça soit VRAIMENT intéressant.

Maintenant rejoins par Yacel, le groupe pu continuer son immersion à travers la forêt. Contrairement aux dires de Dany, la marche fut bien plus longue que prévu ! Elle dura ainsi pendant près d’un quart d’heure avant que les buissons ne laissent place à un terrain défraichi et ouvert sur le ciel. Devant eux se dressait une colline qui surplombait l’endroit et qui donnait accès à une grotte, dont les ténèbres ne permettaient pas d’en apercevoir le fond.
- C’est là-dedans, déclara Dany. Je n’aurais jamais crû qu’une telle lumière puisse se voir d’aussi loin, et en plein jour !
- Vous avez bu ou quoi ?! s’exclama Yacel. Je ne vois toujours rien, moi !
- Mais pourtant… *CRAC*
Un bruissement se fit entendre derrière eux. Se retournant vivement, de peur que le modo ne les ai suivi, ils n’en furent pas moins rassurés lorsqu’ils reconnurent Bendane, caché derrière un arbre, le pied sur la branche qui l’avait trahi.
- Bendane, on sait que c’est toi ! l’avertit Yacel.
Murmurant un juron, l’infiltré consentit à abandonner sa cachette pour les rejoindre. Les bras croisés, Dany et les autres l’attendaient de pied ferme :
- Tu nous espionnais ? lui demanda-t-il.
- Non, je gravais des petits cœurs sur les arbres ! grinça Bendane en levant les yeux au ciel.
- Ca ne me surprendrais même pas… plaisanta Yacel à voix basse.
- Arrête. Pourquoi ? continua Dany, intraitable.
- Sepal vous a vu vous arrêter et m’a dit de vous inciter à continuer la marche. Seulement, vous étiez déjà partis et j’ai donc décidé de vous suivre, histoire de savoir ce qui vous prenait.
- Et donc, tu l’as vue ? coupa Dany en changeant de conversation.
- Vu quoi ?
- La lumière, là, au fond de la grotte.
Désignant l’antre du doigt, Dany lui conseilla de voir de plus près. Bien entendu, la réaction de Bendane ne se fit pas attendre et, de manière tout à fait inattendue après le visage strict qu’il affichait jusqu’alors, il pouffa de rire avant de s’adresser au groupe :
- Les gars, sérieux, le ponch devait être sacrément fort hier soir ! Cette grotte est vide !
- C’est ce que je me tue de leur dire depuis tout à l’heure ! renchérit Yacel. Et pour le ponch aussi…
- De toute façon, vous n’avez rien à faire ici, continua Bendane en ignorant Yacel. On s’en va !
- Non, on reste et on rentre là-dedans ! refusa Dany. Maintenant qu’on est devant, ce serait vraiment dommage de rebrousser chemin !
- Mais on n’y voit quasiment rien dans ta caverne !
- Si, justement. Ce n’est pas puisque vous ne voyez rien tous les deux que la grotte est forcément vide. D’ailleurs, la lueur que Cyl et moi pouvons voir nous guidera. Je vois comme une ouverture vers le fond…
Cyl, qui n’osait pas s’interposer dans la discussion, hochait toutefois la tête d’un air approbatif.
- Vous êtes complètement fous, vous-deux ! s’exclama Bendane. Nous devrions partir…
- Et puis zut, suivons-les puisque c’est ce qu’ils veulent ! s’énerva Yacel. On va perdre du temps si on continue à se disputer pour un rien !
- Exactement ! approuva Dany d’un sourire satisfait. Ce qui nous amène donc à trois avis contre un. Tu viens avec nous, Bendane ?
- Comme si j’avais le choix maintenant… soupira-t-il.

A suivre...

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyLun 25 Juil 2011 - 16:19

2nd Prologue (5)


Lors de la randonnée, Dany aperçoit une étrange lueur au loin et réussit à convaincre Cyl et Yacel de le suivre vers celle-ci, bien que Yacel ne semble pas la percevoir. Ils arrivent devant une grotte surplombant une colline. A ce moment là, ils découvrent que Bendane les suivait et l'incitent à son tour de les accompagner.

Le groupe pénétra donc dans la grotte. Comme aucun d’entre eux ne possédait de lampe torche, Dany et Cyl maintenaient respectivement la main de Bendane et de Yacel afin de les guider à travers l’obscurité. Au fur et à mesure que les ténèbres s’épaissirent, les deux garçons commençaient réellement par croire cette histoire de lumière, les pas de leurs guides restant tout aussi précis et déterminés.
Finalement, alors qu’on ne percevait plus du tout la lumière du jour, la silhouette d’un antre rectangulaire leur apparut. Ils se retrouvèrent alors dans une salle éclairée par des torches et surplombée d’un immense plafond. Le groupe n’aurait jamais pu se douter de la présence d’un pareil lieu au fin fond d’une grotte d’apparence somme toute banale, et ils ne purent réprimer leurs exclamations lorsqu’ils y entrèrent.
- Alors ? C’est qui qu’avait raison ? clama Dany, fièrement.
- Je dois avouer… commença Yacel, mais il ne put terminer sa phrase car quelque chose d’autre sembla attirer leur attention.

Au centre de la pièce se trouvait un autel autour duquel s’étayaient quatre escaliers. Au sommet des marches, un homme attendait, immobile. Il portait une longue épée effilée qu’il maintenait devant lui, contre le sol, le regard scrutant le bout de la lame. Enfin, deux ailes se déployaient derrière son torse : lui donnant une allure plus que mystique.
L’individu n’avait pas l’air de les avoir remarqués et ils décidèrent de monter quelques marches. Tout habillé de noir, chemise et pantalon compris, il releva lentement la tête lorsqu’il les entendit s’approcher. A leur vue, il haussa légèrement des sourcils. Fortement intimidés, les garçons s’étaient arrêtés et un silence religieux s’installa. Après un bref moment, Yacel décida néanmoins de se risquer au jeu de la conversation :
- Excusez-nous monsieur, heu…
Le regard impénétrable que lui adressa l’individu le mit soudain mal à l’aise.
- Heu… vos ailes, ce sont des vraies ?
Cette fois-ci, ce fut ses amis qui lui lancèrent des regards, à la fois de surprise et d’indignation. C’était un peu comme si Yacel demandait à cette figure, imposante d’apparence, si elle ne s’était pas déguisée pour le mardi gras.
- Oui, répondit-elle simplement, non dérangée par la question.
- Donc vous êtes un ange ? Vraiment ?! s’étonna le garçon.
- Oui.
Le peu d’engouement avec lequel l’ange répondait à ses questions décontenança Yacel, qui se tût une bonne fois pour toute. Par la suite, Cyl ne tarda pas de remarquer le joyau serti dans la manche de l’épée qu’il maintenait. De propriétés apparemment inconnues, ce dernier resplendissait tellement qu’on aurait pu l’apercevoir à des kilomètres à la ronde.
- C’est vous qui nous avez fait venir ? demanda-t-il en montrant le joyau du doigt. Pourquoi ?
A cette question, la pierre précieuse arrêta de s’illuminer et l’ange rangea son épée dans son fourreau, attaché à sa ceinture. Bien qu’il n’y avait rien de bien surprenant, le groupe s’étonna de voir l’individu se mouvoir après être resté statique si longtemps.
- Je n’ai pas encore le droit de vous préciser la raison de votre venue, répondit-il. Vous n’êtes pas au complet.
- Pas au complet ?! s’interloqua Dany. Vous voulez dire qu’il devait y en avoir d’autres ?!
- Oui.
Face à cette nouvelle, les garçons se sentirent abasourdis. Est-ce que d’autres personnes se dirigeaient vers la grotte en ce moment même ?
- Les autres personnes que j’attends se trouvent parmi vous.
- « Parmi nous » ? Parmi la colonie ? raisonna Yacel.
- Oui. Mais il est encore trop tôt, elles ne sont pas en marche.
Cyl commençait soudain à comprendre ce qui s’était passé hier.
- Ce flash dans le bus…
Les trois autres le regardaient, intrigués. Chacun d’entre eux avaient en effet perçu l’étrange phénomène.
- Vous en êtes à l’origine ? demanda-t-il à l’ange.
- Moi, non. Nous sommes plusieurs.
- Hé, quelque chose ne va pas ! réalisa Yacel. Comment ça se fait que je n’ai pas vu votre machin briller, là ? J’ai pourtant vu le flash !
- De même, émit Bendane.
L’ange s’adressa aux deux garçons.
- Vous n’êtes pas encore prêt. Il vous manque le don que nous vous avons offert. Il faut plusieurs heures pour le révéler.
- Un don ?
L’ange se ravisa.
- J’en ai trop dit. Partez maintenant. Nous nous retrouverons bientôt.
Les adolescents avaient l’air déçus de ne pas en savoir plus, mais ils obéirent tout de même. Après tout, ils n’étaient même pas sensés être venu ici.

Arrivant en bas de l’escalier, Cyl ne put se retenir de chuchoter à Yacel :
- Bizarre ce type… Je me demande ce qu’il a bien voulu nous di…
- Argh !
Le cri provenait de derrière eux et il résonna si fort qu’ils comprirent tous ce qui venait de se passer. Se retournant, ils virent l’ange, effondré sur le sol, un poignard dans le dos. A coté du corps inerte se dressait un inconnu. Il était habillé de manière plus décontractée que sa malheureuse victime, simplement vêtu d’un jean et d’un t-shirt rouge. Seules ses ailes permettaient d’en déduire qu’il s’agissait véritablement d’un ange.
Les adolescents ne bougèrent pas, pétrifiés par la vision de la scène. Le meurtrier ramassa son arme, toujours plantée au niveau du torse de la victime, et les observa d’un air menaçant. Son regard froid les pénétra jusqu’à qu’il disparut tout à coup, dans un halo de lumière.
- Allons-nous-en, déclara Bendane après un moment de silence. Vite !

A suivre...


_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMer 3 Aoû 2011 - 11:29

2nd Prologue (6)

Yacel, Cyl, Dany et Bendane sont rentrés dans une mystérieuse grotte et y ont découvert un autel splendide sur lequel les attendait un ange. C'est ce dernier qui les a fait venir. Il leur informe alors qu'il est encore trop tôt, qu'ils sont sensés être plus nombreux et avoir révélé un "don". Faisant mine de partir, le groupe est alors interloqué d'apercevoir l'ange être assassiné par un autre, l'ayant pris par surprise. L'assassin prend la fuite ; le groupe aussi !

Sur ces mots, les murs se mirent soudainement à trembler et de gros morceaux de roche tombèrent du plafond. Déstabilisés et aveuglés par la fumée, le groupe dut mettre un certain temps avant de sortir de la salle. Lâchés dorénavant dans le noir absolu, causé par l’absence de torches, l’échappée semblait plus que compromise.
Courant comme il le put, Yacel commençait déjà par perdre espoir :
« Je ne sais même plus où se trouvent les autres dans toute cette obscurité. J’espère pour eux qu’ils soient tous devant moi ! » pensa-t-il.
Bien au contraire, des exclamations de terreur retentirent derrière lui : l’éboulement les rattrapait.
« Merde ! On est fichus ! »

Un éclat de lumière blanche resplendit alors, quelques mètres plus en avant. S’approchant de celui-ci, Yacel remarqua que la lueur diminuait peu à peu d’intensité, jusqu’à découvrir une chose que le garçon n’aurait jamais pu s’attendre à rencontrer dans un endroit pareil. Devant lui était apparue LA voiture de ses rêves : une superbe décapotable rouge ! Mais il n’eut pas même le temps de se questionner des raisons de sa présence que déjà il s’était rué à la place du conducteur.
La voiture paraissait comme neuve. Le phénomène le plus étrange que Yacel put y relever (à part son étrange apparition) fut qu’elle était déjà démarrée, ses phares éblouissant l’endroit. Aucune clé de contact, ni de bouton de démarrage : le tableau de bord ne s’accommodait que d’un volant et de deux pédales.
Cyl émergea de l’obscurité et haussa grand les sourcils lorsqu’il vit son ami au volant d’un superbe bolide. Pourtant, avant de s’asseoir sur le siège passager, il risqua de lui demander, l’air dubitatif :
- Tu sais la conduire au moins ?
- Tu plaisantes ? Ce n’est qu’une boite automatique !
Le grondement de la roche se fit plus fort et le sol vibra encore plus. Bendane et Dany, eux, ne se posèrent pas de questions et montèrent à l’arrière aussi vite qu’ils le purent. Cyl, soucieux, constata qu’il était le seul à avoir mis sa ceinture :
- Et vos ceintures…
- On s’en fout ! Vas-y, fonce ! pressa Dany.
Enfonçant la pédale jusqu’au plancher, le bolide démarra au quart de tour. Son accélération était fulgurante et, tandis que l’affaissement de la grotte se faisait menaçant, la lumière du jour ne tarda pas à apparaître.
Cependant, alors que leur libération se faisait proche, un nouveau problème commençait à tarauder l’esprit de Cyl. La sortie de la grotte donnait en effet sur le pan d’une colline haute d’une bonne dizaine de mètres…
- Yacel ! Ralentis ou nous allons…
Mais il était déjà trop tard. Avant même que le chauffeur n’eut le temps de poser son pied sur le frein, la voiture sortit en trombe à l’air libre et effectua un bond prodigieux. A cette vitesse, au volant d’une voiture normale, les chances de survie auraient sûrement été quasi-nulles.
« Au volant d’une voiture normale » était le mot ; car Yacel, paniqué de même que tous les autres, s’agrippa d’une telle force au volant qu’il le fit se dresser de la même manière que le manche d’un avion. La voiture émit alors un soubresaut dans les airs avant de décoller vers les cieux, rasant le sol sur son passage.
Yacel n’avait pas l’habitude de ce genre de conduite et ses mouvements brusques ne manquèrent pas d’affecter l’ensemble des passagers. Cyl hurlait à en perdre la voix, Bendane manqua de tomber par-dessus bord, et Dany rattrapa ce dernier de justesse.
Se stabilisant enfin, l’étrange OVNI se tenait désormais à plus d’une centaine de mètres du sol. La vue qu’ils eurent alors de l’endroit était fantastique, mais cela ne semblait pas les préoccuper pour autant.
- La vache, dîtes-moi que c’est pas vrai, s’exclama Yacel, abasourdi. On vole !
- C’est génial ! reprit Dany à son tour tandis que Bendane reprenait son souffle, non remis de ses émotions. A part dans les films de science-fiction, je n’aurais jamais crû qu’un tel engin puisse exister !
- Voyons un peu ce qu’elle a dans le ventre…
- Hein ?! Tu es fou ?! intervint Cyl.
Mais Yacel était bien trop excité à l’idée d’essayer la bête pour pouvoir freiner ses ardeurs. Avançant dans les airs, il traversa toute la forêt de long en large tel un véritable petit avion. Cependant, ses mouvements secs sur les virages furent à deux doigts de provoquer un nouveau drame et il se résolut donc à ralentir devant l’insistance de ses amis.
- Il vaudrait mieux que l’on retourne à la colo à présent, émit Cyl qui ne se sentait décidément pas très à l’aise dans cet engin. Les autres doivent y être arrivés depuis un bout de temps maintenant.
- Ah ! Enfin une remarque intelligente ! persifla Bendane.
- Mouais, répondit Yacel, déçu. On rentre.

Sans se poser la question sur comment réagirait le groupe lorsqu’il verrait débouler une voiture volante de nulle part, ils perdirent de l’altitude jusqu’à atterrir en plein centre de la colonie. Mais heureusement pour eux, cette dernière paraissait déserte : les autres n’étaient donc toujours pas revenus de leur randonnée.
Ils sortirent de la voiture et inspectèrent des yeux la forêt, espérant y apercevoir les silhouettes du reste de la colonie.
- C’est bizarre… avisa Yacel.
- Je ne comprends pas, ils devraient pourtant être déjà là. s’inquiéta Bendane.
- A moins qu’ils ne nous recherchent… dit Cyl.
Sur ces mots, un bruit tintant et étrange se produisit derrière leur dos. Mais ils n’eurent même pas le temps de se retourner que la voiture n’était déjà plus là. D’un réflexe collectif, ils regardèrent vers le ciel mais, là encore, ils ne constatèrent nulle trace du véhicule. Yacel avait beau la chercher du regard dans tous les sens, il ne pouvait retrouver la voiture de ses rêves.
- Disparue…
- Ah ! Vous voilà enfin !
Une voix lointaine s’échappa du groupe d’arbustes non loin de là. Ils eurent alors la surprise de voir Sepal, ainsi que le reste de la colonie, émerger d’un chemin envahi par la végétation. Visiblement harassés par leur parcours, ils mirent un certain temps avant de les rejoindre.
- Je sens que ça va être notre fête, grinça Yacel en les regardant venir. Quelqu’un a une idée ?!
- Fuir ? proposa Dany.
- Pas de panique, rassura Bendane. Je vais convaincre Sepal qu’on s’est juste un peu perdu et qu’on a finit par rentrer tout à fait par hasard plus rapidement qu’eux.
- Et tu crois qu’il va avaler ça ? lui demanda Cyl.
- Bien sûr ! Faites-moi confiance.
Il rejoignit Sepal pour lui expliquer la situation. De loin, les autres pouvaient remarquer que Bendane illustrait ses propos de grands gestes, ce qui conférait un caractère comique à la scène.
Le moniteur, lui, semblait l’écouter attentivement. Bien que ce ne fut que d’une seule oreille…

A suivre...

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
AlexiSonicKST
[!]Animateur déchu/[!]"Punching Ball"
AlexiSonicKST

Masculin Messages : 6010
Age : 24
Localisation : Un endroit un peu plus privé. ;)
Humeur : Les patates au pouvoir et les vaches aux subordonnées relatives !

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyLun 8 Aoû 2011 - 23:05

Il y avait tellement peu d'erreurs que j'ai décidé de faire une liste de ce qui m'a troublé :

Flo, dans le premier prologue a écrit:
Les animaux avaient fini par s’asphyxier tandis que les plantes dépérirent, dépourvues de la chaleur du soleil.
Il me semble qu'en utilisant le plus-que-parfait d'un côté, il serait logique d'utiliser le plus-que-parfait de l'autre, et non le passé simple. Je trouve ça un peu bizarre, en tout cas.

Flo, dans le premier prologue a écrit:
l’université se était située en plein centre-ville
Chasse au trésor : où est le mot en trop ?

Flo, dans le premier prologue a écrit:
L’adolescente, elle, continuer de manger sans se soucier de quoi que ce soit.
Au secours ! Toi devoir conjuguer verbes pour parler moi, dirait ma prof d'espagnol de collège !

Flo, dans le second prologue a écrit:
En moins d’un quart d’heure à peine, il ne restait déjà nulle trace des affaires précédemment entassées.
En moins d'un quart d'heure à peine ? C'est un peu redondant, non ?

Eh bien moi je trouve ces prologues fort longs ! On en finira donc jamais ?!?
Sérieusement, c'est très prenant. On est bien dans l'histoire et on se lasse pas. De mon point de vue, je ne vois pas trop de problème, si ce n'est aucun, mis à part ceux que j'ai cité.
Je dois avouer que j'étais complètement MORT-DE-RIRE devant l'épisode de la voiture, de la butte et des capacités aériennes. Comment transformer un récit de colo en un film d'action ! lol!

Continue, bien sûr ! Une fois qu'on est dedans, on ne veut plus en sortir !

_______________________________________
Merci Citron !:
 
Merci Vanilla !:
 
4 Insaisissables 2-6410
Revenir en haut Aller en bas
http://sonicetcie.blogspot.com/ https://tails-dreamer.forumactif.com/t30-presentation-de-alexisonic
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMar 9 Aoû 2011 - 16:38

Ahde

Merci pour tes encouragements. ^^

Je me suis rendu compte du plus gros défaut de 4 Insaisissables seulement après avoir écrit le 1er prologue : c'est trop looooong ! xD En même temps, cette histoire est gigantesque. Le 2nd prologue n'est pas près de se terminer. (même si je viens de le finir il n'y a pas longtemps ^^")

Le 1er prologue a beaucoup de fautes de frappes etc... Cela est dû au fait que j'ai tapé rapidement à l'ordinateur ce qu'il y avait marqué sur mon manuscrit. ^^"
Quant au "En moins d'un quart d'heure à peine", ça s'appelle une petite "Floppiade". J'ai toujours été fâché avec certaines expressions et cela se retrouve quand je parle oralement. Le pire, c'est que je ne vois pas en quoi c'est redondant, mais il y a toujours des gens pour me reprendre quand je dis des trucs bizarres. xD

Je vais de ce pas regarder tes écrits à toi. Razz Je suis un peu désorienté par le temps dernièrement. ^^"

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMer 10 Aoû 2011 - 21:49

2nd Prologue (7)

Alors que la grotte s'effondre, Yacel trouve une superbe décapotable rouge apparue comme par magie. Avec elle, l'ensemble du groupe arrive par réchapper de l'effondrement mais se retrouve propulsé dans les airs. La voiture possède en fait la capacité de voler, ce qui leur permet de rejoindre la colonie sans problème. Une fois arrivés à bon port, l'étrange véhicule disparaît aussi mystérieusement qu'il est apparu. Sepal, le moniteur, retrouve le groupe ensuite : ça ne sent pas bon pour les quatre amis.

- Traître…
- Arrête de te plaindre, Bendane. Tiens, passe-moi le tas d’assiettes là !
Les aventuriers d’un jour s’étaient retrouvés à faire la plonge du soir. La corvée de vaisselle ne les enchantait guère, mais elle restait néanmoins le meilleur moment qu’ils eurent trouvé pour parler de leur journée ; une bien curieuse journée.
- Bon, on récapitule, déclara Dany, bien qu’occupé à ranger les couverts. Une mystérieuse lueur venue des tréfonds d’une grotte perdue, des anges qui s’entretuent, un éboulement soudain qui manque de nous tuer, une voiture qui apparaît et disparaît quand elle le veut et qui, en plus, peut voler dans les airs sur plusieurs mètres d’altitude. On ajoute le tsunami de ce matin et je pense qu’on aura dépassé de loin le meilleur des scénarios hollywoodiens possible !
- Et en une seule journée ! accentua Cyl qui, lui, essuyait les assiettes lavées.
- Sérieusement, vous y croyez, vous, à tout ça ? disconvint Bendane. Je suis sûr que c’est encore un coup de la télé et qu’ils nous filmaient en caméra cachée !
- Peut-être, mais le tsunami était bien réel pourtant, rétorqua Dany. Xad serait là pour y témoigner, d’ailleurs.
- Je te parle seulement de cet après-midi. Depuis quand les anges existent-ils ?
- Je ne sais pas, répondit Cyl. Mais si on regarde les choses de ton point de vue, je me demanderais bien quelle émission aurait accepté de tourner une mise en scène aussi macabre. Et puis les réalisateurs sont toujours sensés se dévoiler à la fin de la farce…
- Et bien, c’est peut-être un nouveau concept, voilà !
- N’empêche, il faut bien avouer que pour le cas de la voiture volante, ce serait difficile d’imaginer qu’un producteur ait pu en acheter une dans le commerce sachant qu’elle n’existe même pas !
- C’est pourtant vrai… admis Bendane, un brin déboussolé par la remarque. Se pourrait-il que tout cela soit vrai ?
Un silence s’installa tandis que tout le monde s’affairait à sa tâche. Yacel, lui, s’arrêtait par moment de laver pour regarder contemplativement la fenêtre qui se trouvait au-dessus de lui. Il reçut un jet d’eau de la part de Cyl qui lui fit remettre les pieds sur terre.
- A quoi tu penses ? lui demanda Cyl, content de lui.
- A cette voiture… Je n’arrive pas à croire que j’ai pu être au volant d’un bolide pareil. Je crois que je me souviendrais toujours de ce jour…
- Tu n’es pas le seul ! lui lança Dany en haussant les sourcils.
- Peut-être que la voiture est revenue dans sa grotte après tout… évoqua Cyl.
Là-dessus, Yacel fixa son ami de la même manière que s’il lui aurait annoncé qu’ils avaient gagné au loto. Il le congratula, tout heureux qu’il était :
- Mais oui ! C’est exactement ça ! Oh Cyl, tu es un génie ! Demain, nous retournerons tous dans cette grotte et…
- Non !
Bendane dodelinait de la tête. Pour lui, il était hors de question de s’y rendre de nouveau.
- Mais pourquoi ?! s’interloqua Yacel.
- D’abord puisque rien ne nous dit qu’elle y soit vraiment retournée, et ensuite car la grotte s’est effondrée et qu’elle n’existe plus dorénavant. De plus, je pense qu’on a assez pris de risques comme ça aujourd’hui.
- Faut avouer qu’il n’a pas tort, approuva Cyl. On a déjà eu assez de problèmes aujourd’hui, tout le monde a été choqué par les événements qui se sont produits ce matin. Ce n’est pas la peine d’en rajouter une couche.
En les écoutant, Yacel paraissait d’abord déçu puis estima en effet que, vu les circonstances, il valait mieux qu’ils se préoccupent d’abord de leurs vacances avant de jouer aux apprentis aventuriers.
- D’accord, accepta-t-il. On va plutôt rester ici.
- C’est tout ce que je voulais entendre ! se réjouit Bendane.
Se remettant à la tâche, le groupe travailla ardemment et Yacel ne jeta même plus un regard à travers la fenêtre. Mais pendant ce temps, une silhouette semblable à une voiture se profila sur fond de la clarté de la lune.

A suivre...


_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
AlexiSonicKST
[!]Animateur déchu/[!]"Punching Ball"
AlexiSonicKST

Masculin Messages : 6010
Age : 24
Localisation : Un endroit un peu plus privé. ;)
Humeur : Les patates au pouvoir et les vaches aux subordonnées relatives !

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyMer 10 Aoû 2011 - 23:04

YAAAAY !

Ca reste un petit épisode de transition, mais c'est génial !
Franchement, l'expression "Les aventuriers d’un jour s’étaient retrouvés à faire la plonge du soir." sonne drôlement bien ! Quelle déchéance !
Et puis tout le monde qui est plus marqué par l'épisode de la voiture qu'autre chose, énorme aussi ! Ils ont plus envie de retenter une telle expérience que de savoir ce qui leur est arrivé ! Laughing

Un seul détail : comme on ne sait pas avec quel ton Bendane dit "Traître", j'ai mis un peu de temps à comprendre ce qu'il voulait dire.
Mais je présume que, sans la coupure, ce doit être beaucoup plus simple à comprendre ! lol! Je comprend mieux la dernière phrase du 2e prologue (6) ! Wink

_______________________________________
Merci Citron !:
 
Merci Vanilla !:
 
4 Insaisissables 2-6410
Revenir en haut Aller en bas
http://sonicetcie.blogspot.com/ https://tails-dreamer.forumactif.com/t30-presentation-de-alexisonic
Flo
[!] Administrateur fondateur
[!] Administrateur fondateur
Flo

Masculin Messages : 2132
Age : 29

4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables EmptyJeu 11 Aoû 2011 - 0:00

Oui, la coupure intervient au mauvais moment. J'aurais dû y prêter plus d'attention. ^^"

Je profite de ce post pour spécifier qu'il risque de se passer un petit temps avant le prochain extrait. Le 1er chapitre s'est avéré plus difficile que prévu à mener et j'ai dû le remanier car de nouvelles idées se sont rajoutées.
Néanmoins, cette petite pause ne devrait pas être trop longue. Après, promis, on en finit avec ces prologues à rallonge ! xD

_______________________________________
4 Insaisissables Gif_ta10
4 Insaisissables 7f982d10
Merci Thalie pour la sign avec Tails ! Merci Maritin pour le rang avec Yuki ! =D
Image originale : Puretails
TD Facts:
 

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://tails-dreamer.forumactif.com
Contenu sponsorisé




4 Insaisissables Empty
MessageSujet: Re: 4 Insaisissables   4 Insaisissables Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
4 Insaisissables
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tails Dreamer :: Vos créations :: Vos fanfics-
Sauter vers: